République centrafricaine

 

VUE D’ENSEMBLE

Central africa 1

VUE D’ENSEMBLE

Superficie totale [1] : 622 984 km2
Climat [1] : tropical
Population [1] : 5 277 959 (Estimation juillet 2014, basée sur plusieurs hypothèses)
Taux de croissance de la population [1] : 2,13 %
Enfants de moins de 5 ans en sous-poids [1] : 28 %
PIB – par habitant [1] : 700 USD
Personnes déplacées internes (PDI) [2] : 535 000
Réfugiés résidant en République centrafricaine [2] : 7 753
Population relevant de la compétence du HCR résidant en République centrafricaine [2] : 911 706
Population relevant de la compétence du HCR originaire de République centrafricaine [2] : 1 300 804

 

 

Sources:

[1] CIA, “The World Factbook - Central African Republic,” 2015. [En ligne]. Available: https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ct.html [Consulté le : 03 mar. 2015].

[2] UNHCR, “UNHCR - Central African Republic,” 2015. [En ligne]. Available: http://www.unhcr.org/pages/49e45c156.html# [Consulté le : 03 mar. 2015].

PHASE D’ÉTUDE

PHASE D’ÉTUDE

 

RESSOURCES UTILES
Télécharger le document
contenant la phase d’étude.

TECHNOLOGIES PROPOSÉES

TECHNOLOGIES PROPOSÉES

Sur les deux camps étudiés, seul celui de Zemio a été pris en compte pour y proposer des technologies.

  • Centre de réfrigération communautaire, avec espace de test pour les technologies de conservation des aliments
  • Foyers de cuisson améliorés (FCA)
  • Produits solaires pour l’éclairage

 

africa republic FR

L’accès à l’énergie électrique, mais également à l’énergie nécessaire pour la conservation des aliments sera amélioré grâce à l’installation d’un équipement dédié. Un double système solaire alimentera un ensemble de congélateurs et une station de chargement de téléphones portables. Le système solaire comparera directement deux technologies photovoltaïques différentes (par ex. en polycristallin ou CIGS - couche mince) et fournira des indications importantes sur leur efficacité pratique et lorsque le ciel est aussi couvert qu’en République centrafricaine.

Les congélateurs seront principalement utilisés pour y conserver du poisson et de la viande, et y refroidir des blocs de glace (appelés « briques froides » ; ils pourront, à l’avenir, être remplacés par de simples bouteilles d’eau). Ces blocs permettront de maintenir une température basse dans les caves. De cette façon, certains réfrigérateurs bon marché et sans puissance seront testés pour différentes utilisations, comprenant des activités rémunératrices. Certains fumoirs seront disponibles pour les familles, de même que certains séchoirs solaires améliorés, construits avec des matériaux locaux, en fonction des meilleurs modèles disponibles. Les personnes pourront tester différentes technologies de conservation des aliments et développeront de nouvelles opportunités économiques.

Certaines énergies seront aussi dédiées à l’éclairage d’une partie du camp, le rendant plus sûr. Des lampes solaires seront installées, utilisant des systèmes solaires très simples, de même que des poteaux électriques disponibles sur le marché local. De plus, un groupe de familles testera deux systèmes solaires domestiques différents : certaines recevront des lampes/lanternes solaires, tandis que d’autres utiliseront des systèmes à panneau séparé, mais auront la possibilité de recharger de petits appareils à travers un port USB.

Deux foyers de cuisson différents seront testés par un grand nombre de familles : certaines utiliseront un modèle fait sur place, tandis que d’autres pourront essayer un modèle commercial capable de brûler du bois ou autre biomasse. De cette façon, la possibilité de brûler des déchets agricoles sera directement testée par les utilisateurs. L’utilisation de cette biomasse nécessitera probablement des activités préliminaires, comme la transformation en briquettes, mais l'intérêt des personnes sera ainsi évalué.

 

TECHNOLOGIES MISES EN OEUVRE

TECHNOLOGIES MISES EN OEUVRE

En République centrafricaine, les principaux enjeux concernent la logistique, la sécurité et le marché local quasi-inexistant. Il a été impossible d’identifier des entreprises locales adaptées aux technologies sélectionnées et certains éléments étaient tout simplement indisponibles. L’insécurité affecte non seulement le transport de biens, mais contribue aussi à réduire l’intérêt porté par les entreprises des autres pays. En effet, l’idée d’envoyer ce genre de techniciens dans un pays comme celui-ci a inquiété plusieurs entreprises, bien que COOPI ait travaillé en République centrafricaine pendant plusieurs années et qu’elle aurait été chargée aussi bien de la sécurité que de la logistique locale. Un appel d’offre international a été lancé et plusieurs entreprises situées dans des pays de la région (par ex. Cameroun, Tchad, Gabon) ou dans des pays où le marché des technologies est développé (par ex. Kenya, Tanzanie, Ouganda) ont postulé. Certaines entreprises ont demandé des clarifications, en particulier sur la sécurité, mais elles ont été peu nombreuses à réellement soumettre une offre, et toutes les technologies identifiées n’ont pas été représentées. Ensuite, plusieurs contraintes logistiques ont dû être affrontées. Le transport de technologies depuis Bangui, la capitale, jusqu’à Zemio a notamment dû être effectué par avion, afin d’éviter le risque de vol et réduire le temps requis. Seuls les matériaux de construction ont été transportés par camion. Enfin, tous ces problèmes ont provoqué l’augmentation du coût de mise en œuvre des technologies, compensé seulement en partie par l’aide fournie par COOPI aux entreprises, en termes d’assistance logistique et de sécurité.

Les technologies mises en place sont les suivantes :

  • Centre de réfrigération communautaire, avec espace de test pour les technologies de conservation des aliments
  • Foyers de cuisson améliorés (FCA)
  • Produits solaires pour l’éclairage

Un centre de réfrigération communautaire sera composé de congélateurs standards alimentés en courant alternatif par deux systèmes photovoltaïques « jumeaux » : ils auront des caractéristiques similaires, la même charge leur sera appliquée, mais ils fonctionneront avec deux technologies photovoltaïques différentes, afin de pouvoir effectuer une comparaison pour le même champ d’application. Un bâtiment logera à la fois les congélateurs et l’équipement électrique, et des panneaux seront installés sur le toit. Le centre soutiendra aussi l’amélioration des pratiques locales de séchage au soleil, de même que le test d’une version améliorée de caves. En effet, des « bricks froids » (eau glacée dans des bouteilles de plastique) seront créés par les congélateurs, et permettront de garder une température basse.
Les foyers de cuisson améliorés seront distribués pour améliorer l’efficacité des combustibles, mais également pour tester l’intérêt et la volonté des personnes à utiliser d’autres sources de biomasse disponibles localement.

Des systèmes solaires simples mais fiables seront distribués pour l’éclairage, afin d’aider au remplacement des lampes à pétrole et des batteries jetables. Ces produits sont en général disponibles dans différents pays, dont l’Ouganda d’où proviennent certains biens disponibles sur le marché de Zemio, et pourraient éventuellement être disponibles dans les pays où les réfugiés et la communauté d’accueil témoignent un fort intérêt pour ces produits.

 

HISTORIQUE DU PROJET PILOTE

HISTORIQUE DU PROJET PILOTE

Octobre – Décembre 2014
Déroulement de la plus grande partie de l’étude de terrain.

Janvier 2015
Proposition du premier brouillon de la liste de technologies.

Février 2015
Définition finale des technologies, incluant l’acceptabilité sociale et l’étude de marché.
L’approvisionnement en technologies a commencé en février.
Le processus d’approvisionnement a été plus difficile que prévu, à cause du manque de fournisseurs nationaux fiables pour les technologies choisies. D’autres fournisseurs ont été invités à soumettre leur offre, avec un mécanisme d’approvisionnement/d’installation adapté au contexte de la Centrafrique, et en particulier aux conditions spécifiques de Zemio.
Les procédures relatives à l’approvisionnement en technologies ont duré quelques mois, afin de clarifier les aspects techniques, logistiques (sécurité comprise) et financiers. La gestion logistique a été particulièrement difficile.

Avril 2015
Des réunions régulières avec les réfugiés ont débuté en avril.

Juin 2015
La campagne de sensibilisation et la coordination avec le HCR a pris plus de temps que prévu, mais la situation s’est finalement clarifiée. La construction s’est terminée. Les technologies sont arrivées à Bangui, après un long voyage parsemé d’obstacles, et sont sur le point d’arriver à Zemio.

Juillet 2015
Arrivée à Bangui de la dernière tranche des technologies. Livraison à Zemio de la première tranche.

Août 2015
Discussion avec le contractant sur les spécifications techniques des congélateurs. Collecte des données de base.

Septembre 2015
Livraison de la deuxième tranche des technologies à Zemio.

Octobre 2015
Renforcement des capacités. Distribution des foyers de cuisson. Démonstration de l’utilisation du fumoir.

Novembre 2015
La dernière tranche des technologies est enfin dédouanée et délivrée à Zemio. Installation du centre de réfrigération communautaire. Distribution des lampes solaires et démonstration de l’utilisation des caves.

Décembre 2015
Livraison d’un congélateur supplémentaire à Zemio. Toutes les technologies sont opératives et en usage.

SET4food est un projet développé par:

Logo a colori in orizzontale senza pay off   PoliMIGlobal Aliance Clean Cookstoves blue v2 TransparentSAFE -Croped   FAO   WFP

 
 
 

Cofinancé par:            

EUFlag CP-HA Color FR

Ce site utilise des cookies pour garantir un meilleur service et une meilleure expérience aux lecteurs. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus